DEPRESSION ET MALADIE BIPOLAIRE ET RESISTANCE AUX TRAITEMENTS DEPRESSION EN REMISSION

L'autre axe de recherche de l'unité est l'étude des modifications du fonctionnement cérébral sous l'effet des traitements afin d'évaluer leur efficacité, de comprendre les raisons de l'absence de réponse chez certains patients, ou d'identifier les sites d'action des psychotropes.

 
 

Maladie bipolaire : résistance ou réponse au traitement

Dans la maladie bipolaire (autrefois appelée psychose maniaco-dépressive, alternance d'épisodes dépressifs graves et d'épisodes maniaques) nos travaux ont pour objectif la recherche d'un rapport éventuel entre la réponse ou non au traitement pharmacologique et des spécificités anatomiques ou fonctionnelles du cerveau.

Au niveau du cortex

La 1ère étape a été de montrer des anomalies fonctionnelles au niveau du cortex frontal de patients ayant une dépression résitante au traitement anti-dépresseur.

 

changes in brain 1

Diminution du métabolisme énergétique frontal mesuré en tomographie à positons avec le fluorodesoxiglucose dans un groupe de déprimés résistant au traitement.

La 2e étape a été de comparer les mesures des sillons des hémisphères cérébraux entre des patients bipolaires en rémission et d'autres, résistants au traitement.

Une réduction statistique de la surface des sillons a été détectée chez les patients résistants au traitement comparée aux sujets sains, tandis qu'aucune anomalie n'a été retrouvée chez les patients répondeurs au traitement.

 

​                                                                    

Ces résultats ont motivé la mise en place d'un essai thérapeutique innovant par stimulation magnétique transcrânienne guidée vers les régions dysfonctionnelles.

 

 

Chez des patients bipolaires en rémission, répondeurs au traitement, des modifications ont été détectées au niveau :

– de la microstructure de la substance blanche :

changes in brain 2

  • Particularités du faisceau unciné qui relie les régions cingulaires et temporales internes (Molecular Psychiatry 2007). Ces régions paralimbiques sont impliquées dans la régulation émotionnelle.
  • Modifications de l'anisotropie des régions frontales et cingulaires (Bipolar Disorder 2009).

– du fonctionnement cérébral : hyperactivation des régions orbito-frontales, cingulaires, insula et noyaux caudés détectée en IRM fonctionnelle chez ces mêmes patients lors de stimuli émotionnels (American Journal of Psychiatry 2007).

 

 

 

APPORT DE CES TRAVAUX

Dans les troubles de l'humeur, la mise en évidence de modifications anatomiques et fonctionnelles soulève la question du rapport entre les variations de la structure du cerveau et :

  • la vulnérabilité psychopathologique
  • la résistance aux thérapeutiques usuelles

Perpectives de recherche :

  • marqueurs d'une réponse ou d'une résistance au traitement, adaptation des stratégies thérapeutiques aux sous-groupes de patients
  • facteurs de vulnérabilité chez les adolescents, interventions préventives